evolution-experience-utilisateur
Web

Évolution de l’expérience utilisateur

Dans un plus grand nombre d’industries, les produits physiques à fonction unique sont remplacés par du matériel à usage général exécutant une multitude de services fournis par des logiciels. Les performances des applications logicielles (apps) utilisées pour fournir ces services sont essentielles pour l’expérience que les clients reçoivent. La télévision en est un bon exemple : les services connectés tels que Netflix peuvent utiliser le matériel du consommateur, mais c’est l’expérience des applications qu’il retient.

En outre, les consommateurs disposent souvent de plusieurs appareils et veulent une expérience d’application cohérente et de haute qualité sur tous ces appareils. En outre, la séparation entre l’achat du matériel et celui de l’application ou du service a considérablement réduit le coût du passage à un autre fournisseur de services. Il est donc clair que la performance des logiciels peut avoir un impact énorme sur la fidélisation des consommateurs, ce qui stimule directement les revenus et le succès des entreprises.

Un blog du Huffington Post de 2015, intitulé 50 Important Customer Experience Stats for Business Leaders, lance également un avertissement à ceux qui sont tentés de négliger la satisfaction des clients dans leur quête de croissance. 91 % des clients mécontents ne se plaignent pas auprès du prestataire de services, ils partent tout simplement. Mais ils ne partent pas sans rien dire : alors qu’un client heureux partage son expérience avec six personnes ou plus, un client mécontent en parle à au moins 15 autres.

Offrir des performances multiplateformes

Il n’est pas facile d’obtenir les bonnes performances des applications logicielles que les clients attendent, notamment en raison du nombre de plateformes sur lesquelles les logiciels doivent fonctionner. Cela est dû en partie à la manière dont les applications sont créées. Pour minimiser les coûts de développement et assurer la diversité des plates-formes, de nombreuses applications sont écrites en HTML sous forme de Single Page Applications (SPA) plutôt qu’en code natif. L’utilisation du HTML évite de devoir créer des applications individuelles pour chaque plate-forme et est invisible pour le consommateur, car l’application lance le navigateur de manière transparente à chaque fois qu’elle est exécutée. Cela signifie que la barre d’outils n’est jamais visible et qu’il n’est jamais nécessaire de saisir une URL. Les développeurs de SPA ont le choix entre utiliser le navigateur intégré à l’appareil ou combiner un moteur de navigateur différent dans leur application pendant son développement.

Bien qu’il s’agisse d’un avantage considérable pour le développement d’applications multiplateformes, l’un des principaux problèmes des SPA basés sur HTML est qu’ils nécessitent généralement une plus grande puissance de traitement que les applications natives. Les smartphones, tablettes et téléviseurs d’aujourd’hui utilisent tous du silicium multicœur où un certain nombre de processeurs plus petits sont combinés pour fournir des capacités de traitement accrues avec une consommation d’énergie minimale. La consommation d’énergie est réduite car chaque cœur individuel fonctionne à une vitesse plus lente. Ainsi, pour bénéficier des avantages de l’augmentation des performances de traitement, l’exécution des logiciels doit être répartie uniformément sur tous les cœurs.

Les logiciels écrits pour des processeurs à un seul cœur ne bénéficient pas automatiquement des capacités du silicium multi-cœurs. Les navigateurs HTML traditionnels – y compris ceux intégrés à des systèmes d’exploitation tels qu’Android et iOS – possèdent certaines capacités multithread, mais ils ne sont pas en mesure d’exploiter les capacités de traitement combinées du silicium multi-cœur pour améliorer les performances de rendu des SPA. Les statistiques montrent que sur un processeur quadricœur typique de l’électronique grand public, un navigateur traditionnel ne bénéficie pas de près de 75 % des performances disponibles du processeur. Pour les fournisseurs de services, ce problème se traduit par des applications moins performantes, des clients frustrés et un taux de désabonnement plus élevé.

Il n’est pas facile d’obtenir les bonnes performances des applications logicielles que les clients attendent, notamment en raison du nombre de plateformes sur lesquelles les logiciels doivent fonctionner. Cela est dû en partie à la manière dont les applications sont créées. Pour minimiser les coûts de développement et assurer la diversité des plates-formes, de nombreuses applications sont écrites en HTML sous forme de Single Page Applications (SPA) plutôt qu’en code natif. L’utilisation du HTML évite de devoir créer des applications individuelles pour chaque plate-forme et est invisible pour le consommateur, car l’application lance le navigateur de manière transparente à chaque fois qu’elle est exécutée. Cela signifie que la barre d’outils n’est jamais visible et qu’il n’est jamais nécessaire de saisir une URL. Les développeurs de SPA ont le choix entre utiliser le navigateur intégré à l’appareil ou combiner un moteur de navigateur différent dans leur application pendant son développement.

Bien qu’il s’agisse d’un avantage considérable pour le développement d’applications multiplateformes, l’un des principaux problèmes des SPA basés sur HTML est qu’ils nécessitent généralement une plus grande puissance de traitement que les applications natives. Les smartphones, tablettes et téléviseurs d’aujourd’hui utilisent tous du silicium multicœur où un certain nombre de processeurs plus petits sont combinés pour fournir des capacités de traitement accrues avec une consommation d’énergie minimale. La consommation d’énergie est réduite car chaque cœur individuel fonctionne à une vitesse plus lente. Ainsi, pour bénéficier des avantages de l’augmentation des performances de traitement, l’exécution des logiciels doit être répartie uniformément sur tous les cœurs.

Les logiciels écrits pour des processeurs à un seul cœur ne bénéficient pas automatiquement des capacités du silicium multi-cœurs. Les navigateurs HTML traditionnels – y compris ceux intégrés à des systèmes d’exploitation tels qu’Android et iOS – possèdent certaines capacités multithread, mais ils ne sont pas en mesure d’exploiter les capacités de traitement combinées du silicium multi-cœur pour améliorer les performances de rendu des SPA. Les statistiques montrent que sur un processeur quadricœur typique de l’électronique grand public, un navigateur traditionnel ne bénéficie pas de près de 75 % des performances disponibles du processeur. Pour les fournisseurs de services, ce problème se traduit par des applications moins performantes, des clients frustrés et un taux de désabonnement plus élevé.

Répondre aux attentes croissantes des clients

Pour répondre au mieux aux besoins des clients, le fournisseur de services doit choisir entre l’une des stratégies d’application suivantes. Tout d’abord, il faut réduire les capacités des SPA pour s’assurer que les applications fonctionnent bien, même sur des plateformes moins puissantes. Dans certains cas, cela peut signifier la gestion de plusieurs classes de SPA avec des fonctionnalités différentes selon la capacité de la plate-forme. Ensuite, il faut passer à la création d’applications natives multicœurs, ce qui augmente le temps de développement, les coûts et les exigences de maintenance. Ou enfin, adopter de nouvelles méthodes qui rendent les SPA plus rapides, plus efficaces en termes de mémoire et capables de tirer parti des processeurs multicœurs, en conservant une base de code unique qui fonctionne efficacement sur toutes les plateformes cibles.

De ces trois stratégies, la dernière est idéale car elle permet d’éviter les coûts de développement et la complexité de la gestion de plusieurs SPA ou de la création de plusieurs applications natives. Pour y parvenir, il faut adopter une nouvelle architecture de navigateur qui se concentre sur les capacités du silicium de l’électronique grand public et utilise de nouvelles techniques pour en tirer les meilleures performances. Par exemple, notre propre navigateur HTML multi-core ready, appelé Flow, utilise cette approche et est généralement deux fois plus rapide qu’un navigateur traditionnel. La bonne nouvelle pour la communauté des développeurs est que le remplacement du navigateur sous-jacent n’implique pas la réécriture du code de l’application, car le HTML de niveau supérieur ne nécessite aucune modification.

Nous vivons dans une « économie des applications » où les performances sont essentielles pour l’expérience client, la fidélisation et les revenus. Pour le démontrer, une étude réalisée en 2017 par AppDynamics a montré que, pour 73 % des utilisateurs, les performances des applications ont un impact sur leur opinion du fournisseur de services.

Répondre à ces besoins entraîne de multiples défis pour les développeurs, notamment lorsqu’il s’agit de silicium multi-cœur. Il est donc recommandé aux fournisseurs de services – et à leurs développeurs – de prendre du recul, de réévaluer leur stratégie de développement d’applications et leurs critères de sélection de partenaires de navigation pour s’assurer que leur approche est conforme aux capacités du silicium moderne. Après tout, si l’on s’y prend bien, on peut se concentrer sur les questions commerciales importantes, à savoir la création d’applications multiplateformes performantes qui offrent la réactivité exigée par les consommateurs, ce qui, à son tour, renforce la fidélité, favorise les relations à long terme et contribue à l’obtention d’un résultat net sain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *