business-cloud-hybride
High-tech

Le business du cloud hybride

Ces dernières années, les entreprises de services financiers ont dû prendre des décisions stratégiques difficiles pour rester compétitives sur leur marché.

L’un des principaux points de pivot est de savoir s’il faut s’engager à fabriquer des produits financiers ou à les distribuer, ou les deux. La différence entre la création de nouveaux services innovants pour les clients et la collecte et la distribution de services de tiers déterminera la vision technologique et le modèle opérationnel dont une entreprise a besoin pour réussir.

Un distributeur voudra se concentrer sur le développement d’une marque forte, d’une plate-forme ouverte et de relations étroites avec ses clients et partenaires. Dans le même temps, pour un fabricant, l’innovation dans les caractéristiques du produit et de solides compétences en matière de développement d’applications deviennent les piliers de l’entreprise.

Quel est le rapport entre la stratégie commerciale et le cloud ? Aujourd’hui, les deux sont intrinsèquement liés. Les entreprises doivent s’assurer qu’elles disposent de bases technologiques évolutives et flexibles pour soutenir leur croissance et leurs objectifs de fabrication ou de distribution.

Cela les conduit à un autre point de décision clé : opter pour le cloud public en premier lieu, le cloud privé en premier lieu, plusieurs clouds publics ou une infrastructure de cloud hybride qui incorpore tout ce qui précède. À l’heure où les entreprises cherchent à mieux comprendre ce que le cloud peut leur apporter, nous examinons certaines considérations fondamentales pour les aider à déterminer la stratégie de cloud la plus appropriée.

Dimensionner le cloud public

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les entreprises choisissent une infrastructure basée sur le cloud public. L’une d’entre elles est le besoin de ressources ad hoc ou d’informatique à la demande. Le cloud public permet une expansion quasi instantanée, limitée uniquement par le coût de l’environnement. Il permet de faire face aux pics et aux creux de la demande, qu’ils soient prévus, comme à Noël ou pendant la période des impôts, ou inattendus, comme le règlement des sinistres après des conditions météorologiques extrêmes ou l’afflux de services bancaires en ligne pendant la première vague de lockdowns de Covid-19. Pour les charges qui ne peuvent être estimées, il serait coûteux de fournir une capacité de réserve dans un centre de données, alors que l’éclatement dans le nuage public permet des réactions plus centrées sur le client face à l’évolution de la demande.

Le cloud public peut également favoriser une croissance contrôlée et systémique de l’infrastructure sur site en fournissant une expansion temporaire pendant que le processus d’approvisionnement rattrape la demande. Nous avons vu des cas où le provisionnement de la puissance de calcul sur site peut prendre jusqu’à six mois en raison des processus d’approvisionnement et de gouvernance. La capacité du cloud public constitue un palliatif et peut être abandonnée dès que la puissance de calcul est disponible sur site.

Parmi les autres avantages du cloud public, citons la possibilité de séparer les domaines de préoccupation et de réduire certains aspects du risque opérationnel. Par exemple, l’infrastructure en nuage peut être utilisée pour héberger des applications frontales qui doivent être modifiées régulièrement, permettant l’accès aux données de l’entreprise par le biais d’une intégration dorsale sécurisée, tout en séparant les zones où cela est nécessaire pour des raisons de conformité ou de risque. De même, le cloud public permet de mettre en commun des ressources et d’être efficace dans le provisionnement de la capacité. Cela permet d’économiser des ressources et du temps qui peuvent être valorisés ailleurs dans l’entreprise.

Le cloud peut également contribuer à réduire les coûts grâce à des modèles de paiement à l’utilisation. Les organisations peuvent développer et réduire leur infrastructure sans avoir à construire un centre de données ou à mettre hors service des serveurs. Les directeurs financiers peuvent modifier la répartition des coûts entre les dépenses d’investissement et les dépenses d’exploitation, et répartir directement les coûts entre les projets et les services, ce qui permet de calculer directement le retour sur investissement (ROI) d’une activité ou d’une gamme de produits.

Les entreprises doivent également être conscientes des inconvénients potentiels : l’utilisation du cloud public peut nécessiter la réécriture des applications et, dans certains cas, les fournisseurs exigent l’adoption de nouveaux services propriétaires, ce qui peut avoir un effet de verrouillage. Dans certains scénarios, comme les environnements de développement pour la validation de concepts, il peut être difficile d’estimer la quantité de ressources en nuage qui sera nécessaire et pendant combien de temps, ce qui complique la planification et la rentabilité.

Le cloud hybride en pratique

De nombreuses entreprises souhaitent utiliser à la fois des clouds publics et privés. Dans le Global Customer Tech Outlook 2021, un rapport de Red Hat, lorsqu’il a été demandé aux décideurs informatiques de décrire leur stratégie de cloud, 27 % ont déclaré adopter une approche de cloud hybride et 11 % ont répondu multi-cloud. Une bonne partie d’entre eux – 18 % – sont encore en train de formuler leurs stratégies de cloud.

Cela est logique, étant donné que l’infrastructure informatique joue un rôle essentiel dans la décision de la prochaine phase d’évolution de l’entreprise et aura un impact sur les personnes qui rejoindront l’entreprise en tant que prochaine génération de technologues et d’experts financiers. Dans une autre étude, le rapport 2021 de Red Hat sur l’état de l’Open Source d’entreprise, 69 % des responsables informatiques ont déclaré qu’ils préféraient faire appel à plusieurs fournisseurs pour leurs besoins en infrastructure de cloud computing.

Les acteurs du secteur des services financiers sont parfaitement conscients que le désir de flexibilité et d’agilité doit être équilibré avec le besoin de contrôle, de supervision et de responsabilité de l’informatique et des données. C’est là qu’intervient le cloud hybride. Plus qu’un simple accès à des clouds publics et privés, le cloud hybride fait référence à l’intégration et à l’orchestration entre tout déploiement de clouds, y compris plusieurs clouds publics.

Une plateforme de cloud hybride basée sur la technologie des conteneurs agit comme une couche commune à l’ensemble d’une organisation, interopérable avec divers matériels et logiciels, grâce à l’utilisation d’API ouvertes, de logiciels libres et d’une collaboration avec un écosystème ouvert. Les entreprises bénéficient d’une plus grande liberté pour choisir quand et où exécuter les charges de travail, et elles peuvent gérer et faire évoluer les applications et les services de manière cohérente, quel que soit l’environnement sous-jacent.

C’est un voyage

Si la transition vers le cloud semble être un long processus, c’est parce qu’elle l’est ! Tout projet de transformation a besoin de temps, et l’élaboration d’une stratégie de cloud computing va bien au-delà du simple choix d’utiliser un hyperscaler ou de disposer de ses propres centres de données. Il s’agit d’un voyage vers l’efficacité, l’agilité et la vitesse d’innovation – vers la compétitivité. Il s’agit d’évaluer les différentes approches dans le contexte de votre entreprise, y compris ce qui se passe dans la pile technologique et les opérations plus larges.

Il s’agit d’optimiser l’informatique existante, d’intégrer les applications, les données et les systèmes, d’ajouter et de gérer une infrastructure de cloud hybride, et d’être en mesure de développer des applications « natives » ainsi que d’automatiser et de gérer l’ensemble de l’environnement informatique. Les dirigeants doivent préparer leurs organisations à des changements constants et itératifs.

La mise à jour de la culture et de la façon dont les gens travaillent ensemble est souvent la partie la plus difficile du voyage. Le passage au cloud ne se limite pas à la signature d’un contrat avec un hyperscaler et à la formation de vos équipes techniques. Les silos doivent être démantelés pour stimuler la collaboration et le changement panorganisationnel. Les équipes doivent adopter des pratiques agiles telles que le travail itératif et DevOps.

Cela nécessite une impulsion de la part du sommet : les changements de base dans l’informatique ne peuvent pas tout faire. Le leadership doit évoluer et amener l’ensemble de l’organisation à comprendre et à soutenir les changements commerciaux afin de tirer pleinement parti des investissements technologiques et d’améliorer la vitesse de commercialisation.

La bonne nouvelle, c’est qu’aucune organisation ne doit faire cavalier seul. La force viendra de la mise en place d’un écosystème de partenaires de confiance, ainsi que de l’exploration des compétences des employés existants, et de l’appui sur les communautés open source – où des personnes du monde entier contribuent à un objectif commun, conduisant à une innovation rapide. Grâce à une plus grande collaboration, les entreprises peuvent exploiter une mine d’or d’expériences et d’expertise pour les aider dans cette démarche.

Enfin, il est important de se rappeler que les faux pas sont attendus et autorisés – en effet, la plupart des transitions technologiques réussies se produisent lorsqu’une organisation tire un enseignement constructif de l’échec – et de prendre le temps de célébrer les succès avec vos équipes, aussi petits soient-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *