En raison du nombre croissant de besoins de communication en ligne, l’e-mail reste le principal problème de sécurité ou, pour certains, une faiblesse en 2020. En ce qui concerne la sécurité des e-mails, les mesures classiques telles que le dernier logiciel antivirus ne pourront jamais bloquer les cyber-attaques, en particulier les attaques d’ingénierie sociale avancées.

Aujourd’hui, de plus en plus de risques liés à la sécurité anti-spam des emails se développent à une vitesse alarmante. Les attaques de spear-phishing, de whale phishing ou de whaling, les ransomware et autres malwares sont devenus un risque important pour de nombreuses organisations. Par conséquent, les entreprises, grandes ou petites, doivent trouver des moyens de se protéger contre les risques émergents liés à la sécurité du courrier électronique.

En effet, à l’heure actuelle, plus de 90 % des cyberattaques ont été lancées par un courrier électronique et ce dernier reste le maillon le plus faible de la chaîne de sécurité. En outre, une violation de la sécurité peut porter gravement atteinte à la réputation d’un client ou d’une entreprise. Pourtant, pour mettre fin à l’assaut des cybercriminels, il faut une procédure de sécurité du courrier électronique à plusieurs niveaux. L’une des raisons en est que le courrier électronique, par défaut, n’est pas un outil de communication sécurisé. En effet, il transite par l’internet d’un serveur à un autre.

Spoofing et Phishing

Dans le cas d’une usurpation d’identité par courriel, un cybercriminel envoie à un utilisateur un courriel en se faisant passer pour une personne que l’utilisateur connaît. L’usurpation d’adresse électronique est facile à réaliser et très difficile à retracer jusqu’à son véritable expéditeur.

Le phishing est également une méthode dangereuse utilisée par les cybercriminels pour tromper les utilisateurs et leur soutirer des informations sensibles telles que des comptes bancaires ou des numéros de sécurité sociale. Parfois, les cybercriminels incluent des graphiques et des logos afin de paraître plus légaux et réels. Ils donnent même un lien qui semble être réel.

Pourtant, il conduit les utilisateurs vers un site web malveillant. L’usurpation d’identité et le hameçonnage étant l’un des moyens les plus courants utilisés par les cybercriminels pour attaquer, les utilisateurs doivent connaître la solution anti-hameçonnage contre ce type de menaces.

Lacunes de la sécurité des emails

Il est nécessaire de découvrir les faiblesses causées par les mauvaises configurations du fournisseur dans les services de messagerie électronique.

Les vulnérabilités découvertes dans les services de messagerie ont pour conséquence d’infiltrer le système cible, de révéler des informations et de rendre les systèmes inaccessibles lorsque les attaquants abusent de ces vulnérabilités.

Squattage de domaine

Le squattage de domaine consiste à enregistrer, vendre ou utiliser un nom de domaine dans l’intention de tirer profit de la marque de quelqu’un d’autre.

Par conséquent, les entreprises ou leurs clients peuvent être victimes de squattage de domaine et d’attaques de spear phishing ciblées.

Attaques côté client

Les vecteurs d’attaque des internautes augmentent de jour en jour. Un lien contenant un contenu malveillant peut suffire à capturer un ordinateur à lui seul. Il faut renforcer la sécurité des composants du service de messagerie et mettre en place les solutions nécessaires pour lutter contre le phishing, comme la formation des employés ou la simulation de menaces par e-mail, etc.

Fichiers malveillants

Lorsque le contenu malveillant d’une pièce jointe atteint l’utilisateur, il peut s’attaquer à l’ensemble du système informatique et du réseau. Pour une solution anti-hameçonnage efficace, ces fichiers doivent être analysés à l’aide d’un logiciel antivirus basé sur les signatures et de services d’analyse du comportement.

Ransomware

Une fois qu’une personne est infectée, une rançon doit être payée pour toutes les données cryptées. En ce sens, il est nécessaire de resserrer le service de messagerie et d’attendre que les services d’analyse détectent et empêchent les comportements spécifiques aux ransomwares.

Mauvaise configuration

Il s’agit d’un problème de sécurité très courant. Une mauvaise configuration du service de messagerie peut provoquer une crise grave qui permet d’envoyer des e-mails sans authentification.

Par exemple, un cybercriminel qui se connecte à votre service de messagerie sans authentification, peut envoyer un e-mail aléatoire à vos employés. Un cybercriminel qui imite le PDG peut avoir plus de chances de réussir.

Kit d’exploitation de navigateur

Les e-mails qui contiennent des vulnérabilités connues des navigateurs Internet provoquent des vols d’identité, des fuites de données et des problèmes d’accès. Il arrive parfois qu’un lien contienne un morceau de code abusif. Dans ce cas, le service de courrier électronique et les composants de sécurité doivent prévoir des mesures défensives.

Le Spear-Phishing et les attaques de Business Email Compromise (BEC)

Un autre point crucial est qu’un cybercriminel qui contourne toutes les précautions de sécurité utilise l’inconscience de l’utilisateur final pour attaquer le système. En effet, 97 % des personnes dans le monde ne sont pas en mesure d’identifier un courriel de phishing sophistiqué. Les utilisateurs doivent être formés régulièrement pour être conscients des menaces via des tests, des examens, des questionnaires et des jeux de phishing.

Exploitation des formats de fichiers

Les exploits de format de fichier sont en train de devenir l’une des principales menaces pour la sécurité de l’information de nombreuses entreprises. Les attaquants qui exploitent ces vulnérabilités créent des fichiers malveillants soigneusement conçus qui déclenchent des failles (telles que des débordements de mémoire tampon) dans les applications. Ces vulnérabilités sont particulièrement alarmantes car elles traversent souvent les plateformes.

Par exemple, une vulnérabilité du format de fichier dans Adobe Acrobat peut permettre à un attaquant de créer un seul fichier PDF malveillant qui compromet les systèmes Windows, Macintosh et Linux.