Nous connaissons tous, l’application d’Apple nommée « ical » ayant pour particularité d’imiter la texture et la présentation d’un calendrier papier. Bel exemple de Skeuomorphisme ou de style de design utilisé par les UI/UX Designers pour concevoir des objets graphiques, dont la réalité poussée à l’extrême conduit parfois à un superflu de textures, où l’aspect prime sur la fonctionnalité. Dès les débuts d’IOS et de ses utilisations, le Skeuomorphisme a permis un usage plus simple et facile des interfaces en reproduisant au plus près, des éléments utilisés au quotidien (calculette, bloc-notes, bibliothèque, …).    

Origine du mot Skeuomorphisme

Le mot Skeuomorphisme est un néologisme. Étymologiquement, ce terme est formé à partir du grec “skeuos” (l’équipement militaire, mais aussi le costume, l’ornement, la décoration) et définissant un élément de design dont la forme n’est pas directement liée à la fonction, mais qui reproduit de manière ornementale un élément qui était nécessaire dans l’objet d’origine. Dans le domaine de la conception d’interface centrée utilisateurs (UX), il désigne l’ensemble des éléments d’interface informatique reproduisant des objets physiques (par exemple des textures : cuir, papier, bois) dans le but de donner des repères facilement accessibles à l’utilisateur.

Historiquement, un skeuomorphisme concerne toute représentation d’un objet physique utilisant un matériau différent de l’objet lui-même. Le mot a commencé à être utilisé vers les années 1890 pour décrire des représentations ornementales d’objets dans l’art et l’architecture. Une gravure sur une poignée de porte ou une peinture sur poterie qui ressemble à un objet réel est donc à considérer comme un skeuomorphisme.

Un style de conception graphique, made in Apple

Le Skeuomorphisme est donc un principe de conception dans lequel les repères de conception sont pris du monde physique ou réel. L’exemple phare de ce style graphique étant l’« iBooks » censé ressembler à une bibliothèque

Steve Jobs s’était fait en quelque sorte le chantre de ce type de design interactif appliqué aux interfaces mobiles et tactiles. Selon lui, il était plus facile pour les gens normaux d’utiliser un logiciel plus accessible et immédiatement familier. C’est pourquoi, le premier logiciel Apple à utiliser le Skeuomorphisme était sans doute le système d’exploitation de bureau Mac d’origine, avec ses icônes ressemblant à des dossiers, des disques et des poubelles. 

Le Mac OS était également livré avec une application calculatrice qui ressemblait beaucoup à une calculatrice réelle. Steve Jobs l’ayant conçu lui-même.

Toutefois, si la conception Skeuomorphique a incontestablement facilité l’usage des interfaces, les éléments graphiques dont le réalisme fut poussé à l’extrême a entraîné en contrepartie des détails inutiles dont nous n’avons pas vraiment besoin. 

La mort du Skeuomorphisme

C’est en 2007 que le magazine Forbes annonça la mort du Skeuomorphisme. Face aux reproches fait contre ce style privilégiant l’apparence à la réalité, Apple opta rapidement pour une nouvelle forme de design, le Flat Design ou design plat. Désormais, plus besoin de bords biseautés, de dégradés ou d’effets reflets propres au Skeuomorphisme. L’interface numérique devrait être exploitée pour ses propres forces et fonctionnalités.  

Lire aussi : Qu’est-ce que le Skeuomorphisme ?