steelseries-rival-5
Gaming

SteelSeries Rival 5 : test

La SteelSeries Rival 5 est la dernière souris de jeu bon marché d’une marque qui vise à combler le fossé entre le camp des périphériques plus abordables et les options haut de gamme disponibles. Plus précisément, SteelSeries a présenté ce rongeur particulier comme un dispositif « multigenre », et c’est certainement une affirmation audacieuse.

Allons droit au but : la SteelSeries Rival 5 n’est pas la souris de jeu la plus excitante en ville. Mais si l’on considère la meilleure souris de jeu que vous pouvez acheter actuellement, elle fait certainement beaucoup de choses bien pour son prix.

SteelSeries Rival 5 – Caractéristiques et performances

Les deux principaux atouts de la SteelSeries Rival 5 sont son capteur TrueMove Air Sensor et ses neuf boutons programmables pour les jeux de compétition. Si l’on décompose le jargon marketing, ce que cela signifie dans le monde réel, c’est que la technologie du capteur de cette souris est conçue pour éliminer les déplacements inutiles qui peuvent se produire lorsque l’on donne une pichenette à la souris ou qu’on la frappe accidentellement – ce dont nous sommes probablement tous coupables dans les titres FPS et RTS par erreur.

Lors de mes tests, j’ai constaté que le suivi était effectivement très fluide et qu’il n’y avait pratiquement aucun signe de dérive ou de traînée, que je travaille sur des tâches ou que je déplace le curseur frénétiquement dans des jeux comme Doom, Dishonored et Counter Strike : Global Offensive.

En ce qui concerne la reprogrammation des boutons, bien que je n’aie pas essayé de faire quelque chose de trop poussé, j’ai remarqué qu’il y avait des profils spécifiques disponibles pour des jeux populaires tels que League of Legends, World of Warcraft, Fortnite, Call of Duty : Warzone et – bien sûr – le susmentionné Counter Strike : Global Offensive.

Mais tout cela ne servirait à rien si la souris n’était pas agréable à utiliser. Heureusement, grâce à ses microcontacts IP54, la Rival 5 est très réactive et agréable à utiliser, quel que soit le bouton auquel vous avez besoin d’accéder en cas de besoin. Je n’ai pas non plus constaté d’effet de collage ou de double-clic accidentel ; c’est une expérience de jeu très agréable, même en vitesse.

Sur le plan technique, il y a jusqu’à 18 000 DPI sans accélération matérielle. Ce n’est pas aussi élevé que ce que l’on peut trouver sur la meilleure souris Razer, mais c’est assez vif pour ne pas être un problème. Une autre note rapide, le tapotement pour passer d’une vitesse à l’autre est rapide et intuitif.

SteelSeries Rival 5 : design

Les goûts ne se discutent pas, mais personnellement, j’aime beaucoup les bandes lumineuses RVB et le logo qui brille tout au long de l’utilisation. La société affirme qu’il y a 16,8 millions de couleurs sur dix zones, et je le crois. C’est une souris vraiment remarquable lorsque vous jouez dans des conditions de faible luminosité ; elle est vraiment cool.

En ce qui concerne la qualité de fabrication, c’est du plastique de bout en bout, et à ce prix, il faut s’y attendre. Pour cette raison, et parce qu’il ne pèse que 85 g (ce qui, pour moi et mes mains plus grandes que la moyenne, est un peu plus léger), ce n’est malheureusement pas pour le mieux.

Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle ne donne pas une impression de qualité (elle tient vraiment bien en main), mais si vous cherchez une souris de jeu lourde avec un peu de métal pour faire bonne mesure, ce n’est pas celle qu’il vous faut.

SteelSeries Rival 5 : faut-il l’acheter ?

SteelSeries avait promis une souris de jeu multigenre qui s’adapterait à de nombreux genres de jeux PC tels que les FPS et les RTS, et ça a marché. Elle s’est montrée tout aussi performante pour faire défiler des feuilles de calcul et pour suivre le rythme effréné de mon clavier mécanique.

Si vous êtes à la recherche d’une souris de jeu haut de gamme, plus lourde et de qualité supérieure, cette souris ne sera pas celle qui vous conviendra. Mais pour son prix et ce qu’elle offre, il n’y a pas grand chose à redire à part cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *